Démolition de l'ex salle des fêtes. « Tout a été fait dans la légalité » – Le Publicateur Libre

[ad_1]

Roland Morel, 1 adjoint au maire de Passais-Villages, s'est assuré du bon déroulement<br />
de la destruction de l'ancienne salle des fêtes de Passais. -
Roland Morel, 1er adjoint au maire de Passais-Villages (Orne), s’est assuré du bon déroulement de la destruction de l’ancienne salle des fêtes de Passais (Orne).

L’ancienne salle des fêtes de Passais a été détruite fin juillet. Sollicitée, la mairie avait refusé de répondre à nos questions jugeant ces travaux « sans intérêt » (PL du 11 août). En charge des travaux et de la voirie, Roland Morel, 1er adjoint, en l’absence du maire de Passais, l’affirme.

Nous n’avons rien à cacher sur ce que nous avons fait. Tout a été fait dans la légalité, dans l’intérêt de la population et des finances de la commune

Il revient ensuite sur l’historique d’un dossier qu’il connaît par cœur et dont la responsabilité lui incombe.

Une fermeture « par obligation »

A l’origine, l’ancienne salle des fêtes de Passais était l’ancien réfectoire de l’hôpital d’Argentan déconstruit puis reconstruit dans les années 60 à Passais. Elle a servi de cuisine pour les écoles et de salle des fêtes. « C’était toujours plein. Il y a eu un nombre incalculable de personnes qui sont passées par cette salle, se souvient l’élu avant de confirmer la vétusté de la structure. Elle était devenue dangereuse en raison d’une toiture défectueuse et ne répondait plus aux normes de sécurité. Le maire, par obligation, a décidé de la fermer au public début 2015 ».

Bâtiment amianté

Aussitôt, le conseil municipal de Passais-Villages décide sa destruction et l’adjoint au maire de souligner :

mais cela coûte cher et nous nous sommes trouvés devant une autre difficulté : le désamiantage. En conformité avec la loi très stricte sur le désamiantage, nous avons sollicité la Société MAPAMA Diagnostic immobilier qui est intervenue le 31 juillet 2015. Après prélèvement et analyse, elle a décelé de l’amiante dans la toiture et dans une canalisation

La commune est passée ensuite à l’étape suivante, l’appel d’offres aux entreprises pour le désamiantage. Elle a retenu la moins-disant parmi les trois entreprises qui ont répondu, à savoir la Société Séché environnement à Laval pour 15 373 €. « Finalement, nous en avons eu pour 13 213 € », annonce Roland Morel.

Sécurité

La date du lundi 25 juillet est retenue pour effectuer ces travaux. Pourquoi cette date ? Roland Morel motive son choix :

Ce n’est pas un hasard. C’est la période des vacances scolaires. On ne voulait faire courir aucun risque aux nombreux enfants et adultes qui gravitent habituellement dans ce secteur regroupant le collège René-Goscinny, la salle omnisports, la médiathèque, la salle des associations, la salle multiculturelle, le local des jeunes et l’école maternelle

Combinaisons blanches et masques

Sous le contrôle d’un inspecteur du travail, l’équipe de désamiantage de l’entreprise Séché composée de cinq personnes dont un responsable, a commencé par installer un imposant périmètre de sécurité autour de la salle afin d’empêcher l’accès à toute personne étrangère au chantier. « Le personnel, habillé de combinaisons blanches et de masques, a déposé le fibro amianté sur le côté de la salle, l’a filmé et parqué en attendant l’enlèvement. Il devait prendre des douches toutes les heures et demie. Le soir, une autre entreprise est venue pour déposer des pompes servant à aspirer les particules amiantées se trouvant dans l’air. Elles ont fonctionné jusqu’au lendemain soir, avec interdiction de pénétrer dans le périmètre ».

Nettoyage

Tout danger écarté, les plaques de fibro amiantées et les pompes enlevées, la commune a pu disposer des lieux le mardi, à 18 h.

Sans attendre, Roland Morel a rassemblé des élus, agriculteurs et bénévoles « pour démonter la salle par nos propres moyens dans un souci de sécurité et d’économies et aussi parce que l’entreprise Courteille était disponible le lendemain pour effectuer le nettoyage du terrain”. Il précise :

Nous aurions préféré utiliser cet argent pour construire plutôt que déconstruire. Mais la loi est la loi. La commune avait l’argent pour réaliser ces travaux de démolition mais elle a choisi de les faire elle-même pour réduire les coûts et ne pas augmenter les impôts. Le maire et les maires-délégués se joignent à moi pour remercier les bénévoles qui ont œuvré pour le bien de tous

A l’emplacement de l’ancienne salle des fêtes qui faisait 550 m2 au sol, la commune envisage de construire un parking.

[ad_2]
Source